Depuis le 1er janvier 2017, Air Lorraine est ATMO Grand Est, nouvelle association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air pour le Grand Est.
AUCUNE ALERTE /  20 octobre 2018 M'inscrire aux alertes

Air Lorraine - Actualités

Cimenterie Vicat : Air Lorraine répond aux questions des habitants de Frolois

Le 12 janvier 2017, Jean-Pierre Schmitt, directeur adjoint d'ATMO Grand Est et Alexandre Ockler, directeur d'études, répondaient aux questions d'un collectif d'habitants de Frolois qui s'inquiètent de la dérogation que demande la cimenterie Vicat par rapport à de nouvelles normes européennes d'émissions de polluant. Revue de détail.

 

 Concernant les mesures réalisées par la station Air Lorraine de Frolois

QUESTION : Depuis que les cheminées sont relevées, la station de Frolois est-elle encore pertinente ?

REPONSE : Oui, la station reste pertinente, car son objectif consiste à mesurer l'exposition des populations qui se trouvent dans la zone d'influence immédiate de l'usine. 

 

QUESTION : Un autre lieu d'implantation ne serait-elle pas plus judicieuse ?

REPONSE : En 2012, des études complémentaires ont été menées grâce à une station mobile située à Xeuilley. Les données collectées ont démontré la pertinence de l'implantation de Frolois et la représentativité des données produites par cette station.

Il faut savoir que les critères d'implantation sont déterminées par la réglementation et des normes scientifiques de manière à garantir la qualité des mesures et leur représentativité.

 

QUESTION : Si « le seuil olfactif du SO2 est relativement élevé, à 500µg/m3. Cela signifie qu'en deça de cette concentration, notre nez ne perçoit pas d'odeur. Or les concentrations maximales observées ne dépassent pas les 300 µg/m3 et ce sur une période très brève » ne peut-on pas en déduire que la station de Frolois, par son positionnement, ne permet pas de mesurer certains dépassements ponctuels plutôt que de parler « d'odeurs ressenties » ?

REPONSE : Les pointes de pollution mesurées à Frolois montrent que les niveaux maximums sont inférieurs au seuil olfactifs du SO2. D'autres molécules odorantes et ressenties dès des niveaux très faibles peuvent être à l'origine des nuisances constatées par la population. 

Il faut rappeler qu'une molécule odorante n'est pas forcément toxique. A l'inverse, un gaz inodore peut être toxique.

 

QUESTION : Que mesure la station de Frolois ?

REPONSE : Les émissions SO2 et de PM10.

 

QUESTION : Comment ont été choisis les paramètres qui sont suivis ?

REPONSE : Les polluants suivis sont le SO2 et les PM10, qui sont les polluants pertinents pour le suivi de l'activité concernée. D'autres moyens sont mis en oeuvre par Vicat, pour étudier l'impact de l'activité industriel sur l'environnement dans le cadre d'un Plan de surveillance et conformément à l'Arrêté Préfectoral d'Autorisation d'Exploitation.

 

QUESTION : N'y aurait-il pas une possibilité de faire ponctuellement des analyses sur beaucoup plus de paramètres ?

REPONSE : Les traceurs pertinents pour suivre de façon ponctuelle l'activité cimentière (et de co-incinération de déchets) sont les dioxines/furannes et les métaux lourds (cf arrêté ministériel du 20 septembre 2002). Cette autosurveillance est réalisée par VICAT dans le cadre de son arrêté préfectoral et des exigences réglementaires associées.

Par ailleurs, Air Lorraine a réalisé une campagne à Xeuilley de manière à établir un bilan sur les concentrations de HAP. Les niveaux relevés sont faibles et respectent les valeurs réglementaires pour le BAP, seul HAP soumis à la réglementation.

 

QUESTION : Comment sont faites ces mesures ?

REPONSE: Les mesures sont effectuées à l'aide des appareils réglementaires suivant : Analyseur fonctionnant sur le principe de la microbalance pour les MP10 et apparareil de mesure optique par flurorescence UV pour le SO2 (pour en savoir plus sur les appareils réglementaires: ICI)

Station de FroloisStation de Frolois

 

>Pour les émissions de CO2 ?
REPONSE : Les gaz à effet de serre ne sont pas suivi par Atmo Grand Est

>Pour les émissions de méthane (CH4) (gaz à effet de serre) ?
REPONSE : 
Les gaz à effet de serre ne sont pas suivi par Atmo Grand Est

> l'oxyde nitreux (N2O) (gaz à effet de serre) ?
REPONSE : 
Les gaz à effet de serre ne sont pas suivi par Atmo Grand Est

> les matières particulaires PM10 et PM2.5 ? 
REPONSE : Mesures de PM10 uniquement (lesquelles contiennent les PM2,5). L
e suivi spécifique des PM2.5 ne concernant que les grandes agglomérations

> oxydes d'azote(NOx) ? (Ces oxydes d'azote contribuent à la formation de smog et à la génération photochimique d'azote troposphérique.
Ils contribuent également aux pluies acides en réagissant avec l'humidité de l'air pour former de l'acide nitrique.
Ceux-ci expliquerait les « Velux » complètement polis ?)
REPONSE : Les oxydes d’azote sont des précurseurs potentiels de l’ozone en période estivale. Ils peuvent aussi être à l’origine d’acide nitrique, cet acide n’attaque pas le verre.

> dioxyde de soufre (SO2) ?
REPONSE: Mesures effectuées

> mercure ? 
REPONSE : Pas de mesure de mesure effectuée par Atmo  Grand Est mais intégré au suivi environnemental.

> cadmium ?
REPONSE : Pas de mesure effectuée. par Atmo  Grand Est mais intégré au suivi environnemental.

REPONSE GLOBALE: Les gaz à effet de serre ne sont pas analysés par les stations de mesure des réseaux de surveillance de la qualité de l'air. Leur impact sanitaire est limité, sauf à considérer les impacts engendrés par le changement climatique (canicule, développement de maladies, etc.) 

Le suivi des métaux lourds est réalisé dans le cadre de l’Arrêté Préfectoral d’autorisation d’exploitation

 

Concernant le document envoyé « NOTE Implantation de la station de mesures Air Lorraine de Frolois et contribution de la cimenterie VICAT aux valeurs en SO2 mesurées »  

QUESTION : Que signifie « respecte largement les valeurs réglementaires » quand tout est exprimé en moyenne ? Un jour VICAT peut envoyer des quantités monstrueuses et pendant quelques jours se mettre à l'arrêt ce qui fait de belle moyenne et vous permet de dire aucun dépassement ? A-t-on la mesure des pics de pollution ?

REPONSE : La réglementation sur le SO2 est basée sur des moyennes annuelles, journalières et horaires. Il s'agit donc de moyennes par heures, elles-mêmes calculées sur des moyennes par quart horaire. Les pointes potentielles sont donc bien enregistrées.

 

QUESTION: Que signifie la demande de dérogation pour VICAT s'ils sont déjà en dessous des normes européennes ? Si « De plus, ces différentes normes sont elles-mêmes très en deçà des niveaux de toxicité. La concentration de SO2 la plus élevée mesurée sur ce secteur (300 µg/m3 pendant un quart d'heure en 2007) restait 30 fois inférieure au seuil à partir duquel la santé est directement mise en danger. », quelle est la pertinence économique et écologique de ces normes ?

REPONSE : Air Lorraine mesure les concentrations de SO2 dans l'atmosphère à un niveau local et ces dernières sont inférieures aux seuils réglementaires. Cette demande de dérogation n'est donc par liée au non respect de valeurs d'exposition des populations. Elle a à voir avec des normes  qui sont fixées par les états membres de l'Union Européenne dans le cadre d'une stratégie de déminution globale des émissions polluantes. A ce titre, l'Europe fixe des limites toujours plus contraignantes aux industriels, conformément aux possibilités qu'autorisent les technologies de traitement les plus avancées disponibles. Si ces technologies ne sont applicables à un process de production industriel particulier, des dérogations peuvent être demandées.

 

QUESTION: Le SO2 n’est-il pas l’arbre qui cache la forêt (des autres polluants peut-être plus dangereux) ?

REPONSE: Ce polluant est le bon traceur pour effectuer le suivi de l'activité de la cimenterie. Par ailleurs, d'autres polluants font l'objet d'une surveillance dans le cadre du plan de surveillance mis en place par VICAT conformément aux exigences de l'Arrêté Préfectoral d'Autorisation d'Exploitation.

 

QUESTION: Comment se fait le calcul de « 350 μg/m³ moyenne horaire à ne pas dépasser plus de 24 heures » ? (est-ce un cumul de moyennes horaires ?)

REPONSE : Il s'agit de comptabiliser le nombre d'heures au cours desquelles la concentration du polluant a dépassé 350µg. Selon la réglementation, cette somme ne doit pas excéder 24 heures par an.

 

QUESTION: « Comme le site de Frolois n’est pas équipé de capteurs météorologiques, ce sont les données issues de la station de Nancy-Brabois qui ont été utilisées. » Quelle est la fiabilité de cette exploitation qui ne tient pas compte des phénomènes microclimatiques ?

REPONSE:  Les données relatives aux vents issues de la station de Nancy-Brabois sont corrigées par nos modèles en fonction de la topographie spécifique du site. Leur utilisation est donc fiable. 

 

QUESTION: Comment interpréter le graphique ci-dessous ? Comment a-t-il été établi ? Est-ce possible d’y positionner plus précisément les communes ?

 

REPONSE: Cette rose de pollution permet de figurer : le niveau de concentration d'un polluant, la direction de son origine et l'intensité du vent au moment de la mesure. Au centre du schéma se trouve la station, seul point de repère fixe.

Ainsi, ce schéma permet de voir que les concentrations les plus élevées sont observées pour des vents de l'ordre de 6 mètres par seconde en provenance de l'Oust/Sud Ouest, c'est à dire en direction de la cimenterie. On observe une deuxième source au Nord-Est par vent faible. Celle-ci dénote l'influence des chauffages domestiques du village de Frolois. 

Ce schéma donnant à voir des vitesses et des directions, un positionnement du village ou de l'usine n'aurait pas de sens.

 

Concernant la pollution "réelle" de VICAT

QUESTION: Vicat réalise-t-elle des mesures continues de ses rejets en sortie de cheminées ?

REPONSE: Oui. La Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) contrôle la conformité des installations de surveillance mise en oeuvre par l'industriel. 

 

QUESTION: Qui contrôle ces données ?

REPONSE: La Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)

 

QUESTION: En dehors des matières premières qui entrent dans la composition du ciment, qu'est-ce qui est brûlé dans le four (élimination de déchets spéciaux à haute température) ?

REPONSE:  Ces informations existent et sont présentées à la Commission de Surveillance du Site. Il convient de se rapprocher de l'industriel pour obtenir de plus amples informations.

 

QUESTION: Qui contrôle les combustibles utilisées ? Y a-t-il un registre ? 

REPONSE:  Il convient de demander à VICAT

 

 

QUESTION: L’usine VICAT tient-elle à disposition de Air Lorraine ses propres données ?

REPONSE: Oui, les résultats de modélisation de la note comportent les données d’émissions réelles de VICAT.

 

 

 

CONCERNANT les risques pour la santé et l'environnement

 

 

QUESTIONS:  

- Quelles sont les incidences de ces rejets de SO2 sur la santé des bébés et des enfants (notamment pulmonaires) et sur la population?

- Les rejets sont-ils cancérigènes? Si oui, y a-t-il un lien avec les nombreux cas de cancers ORL recensés chez les habitants de Frolois, particulièrement dans le centre du village, ou passe(passait) en majeure partie le couloir des fumées ? Si non, comment expliquez-vous ces nombreux décès des suites du cancer ORL et les maux de gorges en période de fortes fumées dégagées ?

- Les rejets en zones agricoles non peuplées sont-ils identifiés et qu'en est-il pour la production agricole ? Quelles conséquences ainsi sur l'alimentation animale puis humaine si effectivement « les zones d'impact maximal potentiel liées aux activités de VICAT se situent dans des zones agricoles non peuplées. » ?

- Y a-t-il un danger de santé publique sur la consommation des fruits de vergers qui sont à proximité de l'usine et qui sont recouverts par une couche de cendre ou ciment et du coup sont totalement blanchis?
Les légumes de nos potagers sont-ils consommables ?

 

REPONSE: Ces questions sont du ressort de l'Agence Régionale de la Santé (ARS)