Depuis le 1er janvier 2017, Air Lorraine est ATMO Grand Est, nouvelle association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air pour le Grand Est.
AUCUNE ALERTE /  14 décembre 2017 M'inscrire aux alertes

Air Lorraine - Actualités

Pourquoi le froid favorise la pollution atmosphérique?

 

La qualité de l’air est très directement liée aux conditions météorologiques, et notamment aux températures. Explications.

 

La qualité de l'air qu'on respire est fonction de nombreux paramètres : les émissions de polluants bien sûr, le relief naturel ou urbain, la présence d'ilots de chaleur, et bien entendu la météo.

Ainsi, le vent est un élément déterminant dans la dispersion des polluants. La pluie permet également de diminuer de manière très efficace les concentrations de polluants dans l'air ambiant. A l'inverse, les situations anticycloniques, avec des masses d'air stagnantes, conduisent à des augmentations des concentrations de polluants.

Les températures ont elles aussi une influence très notable sur la qualité de l'air que nous respirons, notamment dans les périodes de grand froid, du fait d'un phénomène bien identifié : l'inversion thermique.

 

L'atmosphère entre chaud et froid

En effet, quand les températures sont basses, le sol refroidit et les masses d'airs s'alourdissent à son contact. Les polluants sont alors plus difficilement dispersés. Leur concentration augmente et on respire alors d'avantage de particules potentiellement nocives pour la santé.

La chaleur peut également avoir une grande  influence sur la pollution atmosphérique. L'ozone en est un excellent exemple. Il s'agit d'un polluant secondaire, ce qui signifie qu'il n'est pas émis directement par les activités humaines. L'ozone résulte, en fait, de transformations chimiques de polluants primaires (tels que les oxydes d'azote et les composés organiques volatils) sous l'effet du rayonnement solaire.

Par conséquent, ce polluant est particulièrement présent en été, période de l'année qui garantit le rayonnement solaire indispensable à sa formation.
Depuis le début du vingtième siècle, les niveaux d'ozone ont été multipliés par quatre dans l'hémisphère nord. Ce polluant se rencontre en milieu urbain, périurbain, mais aussi dans les zones rurales.