Depuis le 1er janvier 2017, Air Lorraine est ATMO Grand Est, nouvelle association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air pour le Grand Est.
AUCUNE ALERTE /  28 juin 2017 M'inscrire aux alertes

Moyens humains et techniques

Moyens humains

Air Lorraine emploie 27 salariés répartis dans plusieurs services :

  • Service opérationnelle et technique
  • Service des études
  • Service Communication & Développement
  • Administration & gestion
  • Direction

Moyens techniques

Air Lorraine dispose d’une quarantaine de stations de mesures fixes, de préleveurs et de laboratoires mobiles permettant de couvrir l’ensemble du territoire lorrain. Chaque station de mesure comporte plusieurs analyseurs automatiques.

 

 

Le dispositif de mesure comprend :

  • 128 analyseurs automatiques
  • 24 préleveurs
  • 5 laboratoires mobiles

Les polluants surveillés sont :

  • Le dioxyde de soufre (SO2)
  • Les oxydes d’azote (NOx)
  • L’ozone (O3)
  • Les poussières fines (PM2.5 et PM10)
  • Le monoxyde de carbone (CO)
  • Le benzène (C6H6)
  • Le styrène
  • Les métaux lourds (As, Cd, Ni, Pb)
  • Le benzo(a)pyrène

Laboratoire mobile

Il fonctionne de la même façon qu’une station de mesure. A l’intérieur de ce dernier, sont installés des analyseurs qui surveillent la qualité de l’air 24h/24, 7j/7 durant toute la campagne de mesure.

Préleveurs

Tubes passifs

Ce sont des outils de mesures simples pour prélever les polluants de l’air en de nombreux points géographiques. Chaque type de préleveur est adapté à un polluant ou une famille de polluant. Ils peuvent être utilisés dans le cadre de la surveillance extérieure pour réaliser des cartographies, mais également pour évaluer l’air à l’intérieur des bâtiments.

Préleveurs actifs

Préleveur bas débit :
il permet de prélever la pollution de l’air sur des filtres. Le Partisol est un préleveur bas débit qui est utilisé dans la mesure des métaux lourds, mais aussi d’autres composés comme les pesticides, les particules fines….

Préleveur haut débit :
c’est un préleveur haut débit, utilisé pour la mesure des hydrocarbures aromatiques polycycliques, mais aussi d’autres composés comme les pesticides, les particules fines…
Une fois les prélèvements effectués, l’analyse des filtres se fait dans un laboratoire de chimie. Elle permet de déterminer la concentration ou la composition des éléments prélevés.

La modélisation

Pour évaluer la qualité de l’air, les mesures des concentrations des différents polluants ne suffisent plus. Il est nécessaire de coupler ces informations avec les sources de pollution et les données météorologiques. Les outils numériques permettent dès à présent :

  • De prévenir le risque d’épisodes de pollution dans les jours à venir,
  • De cartographier les niveaux de pollution sur un territoire donné,
  • D’évaluer la contribution de chaque source de pollution sur une zone,
  • D’estimer comment la qualité de l’air peut être impactée suite à l’aménagement d’une zone (implantation d’une nouvelle industrie, modification d’un axe routier, …)

Ces outils permettent à la fois de mieux comprendre la pollution de l’air mais également d’apporter une aide aux politiques de planification et de prévention.

Inventaire des émissions

L’inventaire régional spatialisé décrit quantitativement et qualificativement des rejets polluants dans l’atmosphère. Il permet d’accéder par territoire, de la région à la commune, à une cinquantaine de substances, mais également à la production et à la consommation d’énergie.
Les émissions polluantes sont réparties en 5 catégories :

  • Gaz à effet de serre
  • Particules
  • Substances relatives à l’acidification, l’eutrophisation et la pollution photochimique
  • Les polluants organiques persistants
  • Métaux lourds

Le format Air Lorraine (comparable au format national SECTEN, niveau 1) permet de disposer des émissions polluantes à l’atmosphère pour les années 2002, 2006 et 2010, par 6 grand secteurs émetteurs, à savoir :

  • Industrie
  • Branche énergie
  • Résidentiel / tertiaire
  • Agriculture
  • Transport routier
  • Autres transports

L’objectif de l’inventaire

Les objectifs de l’inventaire des émissions peuvent être déclinés en sept thèmes principaux :

  • Eléments de caractérisation de la pollution atmosphérique en tout point du territoire,
  • Alimentation des plans réglementaires et autres plans : plan de protection de l’atmosphère (PPA), plan de surveillance de la qualité de l’air (PSQA), schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE), schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), plan de déplacement urbain (PDU), Observatoire Régional de l’Energie (ORE), Observatoire Régional des Transports et de la Logistique de Lorraine…
  • Hiérarchisation des sources d’émissions (sectorisation des rejets) : aide à la définition des politiques de réduction des rejets en identifiant les principaux secteurs émetteurs,
  • Données d’entrée pour la modélisation et la cartographie,
  • Suivre les émissions de polluants selon les zones géographiques et dans le temps,
  • Une aide pour valoriser l'implantation des stations et les zones présentant de fortes densités d'émissions,
  • Evaluation de l'impact d'une infrastructure et des politiques d'aménagement du territoire.