Depuis le 1er janvier 2017, Air Lorraine est ATMO Grand Est, nouvelle association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air pour le Grand Est.
AUCUNE ALERTE /  16 février 2019 M'inscrire aux alertes

QUIZ

 

niveau normal

En savoir plus

La toxicité des particules dépend de leur taille et de leur composition.

Leur rôle a été démontré dans certaines atteintes fonctionnelles respiratoires, le déclenchement de crises d’asthme et la hausse du nombre de décès pour cause cardiovasculaire ou respiratoire, notamment chez les sujets sensibles (enfants, bronchitiques chroniques, asthmatiques…).

Les particules les plus grosses (diamètre > 10 µm), visibles à l’œil nu, ne sont pas les plus inquiétantes pour la santé. Retenues par les voies aériennes supérieures (nez, gorge), elles ne pénètrent pas dans l’appareil respiratoire. Elles peuvent cependant être ingérées et avoir des effets extra-pulmonaires (cancer).

Les particules de diamètre compris entre 2,5 et 10 µm se déposent dans les parties supérieures du système respiratoire. Elles peuvent être éliminées par filtration des cils de l’arbre respiratoire et la toux. Une corrélation a été établie entre les niveaux élevés de PM10 et l’augmentation des admissions dans les hôpitaux et des décès.

Les particules les plus fines (diamètre < 2,5 µm) sont les plus dangereuses. Capables de pénétrer au plus profond de l’appareil respiratoire, elles atteignent les voies aériennes terminales, se déposent par sédimentation ou pénètrent dans le système sanguin.

Ces particules peuvent véhiculer des composés toxiques, allergènes, mutagènes ou cancérigènes, comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques et les métaux, qui vont atteindre les poumons, où ils pourront être absorbés dans le sang et les tissus.
QUESTION 1/5
A votre avis, quelles particules peuvent pénétrer le plus profondément dans vos poumons ?
Les particules les plus fines
Les particules qui ont un diamètre moyen
Les particules les plus grosses
Les particules colorées

En savoir plus

Il faut privilégier les fruits et légumes de saison. Les fruits qui ne sont pas de saison, sont importés des quatre coins du monde ou produit sous serre, ce qui consomme énormément d'énergie.
Un fruit, importé hors saison, consomme pour son transport 10 à 20 fois plus de pétrole que le même fruit produit localement et acheté en saison.
QUESTION 2/5
Fruit de saison et pollution, c'est quoi le rapport ?
Privilégier les fruits de saison
Privlégier tous les fruits à n'importe quelle période

En savoir plus

Air intérieur : comment agir  ?

Humidité et moisissures, faites-leur la vie dure :
• Ventiler, assécher pour rendre l’air sain
Ventilation et aération, une nécessité absolue
• Circulation de l’air en fonction des besoins, entretien des équipements de ventilation…

Lien utile : www.air-interieur.org
QUESTION 3/5
La pollution intérieure une fatalité ?
Il faut éviter d’ouvrir les fenêtres
L’air extérieur est souvent moins pollué

En savoir plus

Pollution au gré du vent

Les caractéristiques climatologiques ont un impact important sur la qualité de l’air ambiant extérieur.
Le vent et la pluie abaissent les niveaux de polluants atmosphériques. En effet, le premier permet leur dispersion, et l’eau de pluie les absorbe et les entraîne au sol. Le vent peut parfois provoquer une hausse des concentrations en polluants, soit par un phénomène de panache rabattant les polluants émis par une source fixe, soit en transportant des polluants émis dans d’autres régions. En atmosphère stable, leur dispersion est réduite ce qui peut entraîner des pics de pollution.
QUESTION 4/5
La pollution n’a pas de frontière
La pollution reste là où elle est émise
La pollution peut se déplacer sur toute la surface de la Terre

La pollution n'est pas uniquement situé à proximité de la source de pollution.

En savoir plus

Pollution au gré du vent

Les caractéristiques climatologiques ont un impact important sur la qualité de l’air ambiant extérieur.
Le vent et la pluie abaissent les niveaux de polluants atmosphériques. En effet, le premier permet leur dispersion, et l’eau de pluie les absorbe et les entraîne au sol. Le vent peut parfois provoquer une hausse des concentrations en polluants, soit par un phénomène de panache rabattant les polluants émis par une source fixe, soit en transportant des polluants émis dans d’autres régions. En atmosphère stable, leur dispersion est réduite ce qui peut entraîner des pics de pollution.
QUESTION 5/5
La pollution présente dans l’atmosphère peut contaminer les sols et les nappes d’eau
Non
Oui

La pollution se dépose ou est lessivée par les pluies et contamine ainsi les sols et les nappes